Plan Transition Numérique dans le Bâtiment

Batiment numerique

Apporter de la confiance dans le numérique

Respect des standards, traçabilité, niveau de garantie, marge d’erreur, pérennité dans le temps. Pour que les acteurs de la construction puissent utiliser la maquette numérique à travers les spécificités de leurs métiers, en toute confiance, il est nécessaire de les rassurer sur la qualité des données échangées.

Feuille de route normalisation

Il existe un enjeu stratégique pour la filière de suivre et de contribuer aux actions de (pre)normalisation BIM aux échelles nationale, européenne et internationale en assurant une concomitance de la sensibilisation de la filière sur le BIM avec les travaux de (pre)normalisation BIM.

Le PTNB a donc décidé de lancer une action sur la normalisation en deux étapes :

  • Etape 1 (2016): Définir la position et la stratégie des acteurs français sur les questions de (pre)normalisation en matière de maquette numérique à l’échelle du bâtiment.
  • Etape 2 (2017): Mettre en oeuvre cette stratégie (participation française dans les instances de (pre)normalisation, positions à défendre, messages à porter, rédaction de documents en support aux positions à défendre).

Expérimentation PP BIM et bibliothèques d'objets BIM

L'exploitant, s'il a accès aux données de conception, peut prendre en compte les spécificités du bâtiment dans sa gestion et optimiser ainsi le pilotage des énergies et du confort. Les derniers travaux du property working group de l'UNEPFI montrent que de nombreuses informations sur les caractéristiques de durabilité des immeubles sont collectées à un moment ou l'autre du cycle de vie du bâtiment dans le cadre des codes et réglementations sur le bâtiment, des exercices de reporting financier et extra financier, des démarches d'obtention de labellisation...

Pour autant, ces informations sont rarement conservées et réutilisées dans les processus de prise de décision technique et surtout financière. La majeure partie des informations nécessaires à une évaluation de la durabilité des actifs est déjà existante, mais son utilisation est freinée par l'absence de processus systématisés et communs aux différents métiers. Les efforts financiers pour la mise en place de tels systèmes seraient amortis par leur utilisation dans le cadre du management et du reporting environnemental. Le processus BIM deviendrait ainsi un outil central de la transition écologique du bâtiment.